UNE COMPAGNIE

Les «frères Ben Aïm», danseurs chorégraphes, ont développé un travail riche d’une vingtaine de créations qui s’échelonnent sur vingt ans de collaboration en binôme, renforcée par des complicités artistiques venues de divers horizons.
Leur réunion a posé les bases de leur compagnie, qui fonctionne dans le duo-tandem fraternel : la réflexion de l’un croise l’instinct de l’autre et vice versa, dans une confrontation qui appelle à des projets artistiques en constante évolution.
Une histoire comme un sillon à creuser, dans l’expertise d’un travail de terrain en lien avec les lieux et les territoires.

Quelques pièces dans un parcours

En 1997, la pièce A l’ abri du regard des hommes, avant d’aller mourir ailleurs  est un acte fondateur, une pièce hybride où danseurs et comédiens partageaient la même énergie physique et brute. Suivront dans la même veine La Frontera ou Ne vous fiez pas au titre, il peut encore changer, pour une danse non dénuée d’humour et pleine de surprises. Parmi leurs pièces emblématiques, on retient également le diptyque autour de l’univers de Bernard-Marie Koltès, Carcasses, un oeil pour deux et En plein cœur où le texte résonne dans une scénographie, une création musicale sur-mesure. En 2011, L’ogresse des archives et son chien joue pleinement le croisement entre les disciplines, tandis que Valse en trois temps  flirte avec le dépouillement : La légèreté des tempêtes (2014), Peuplé, dépeuplé (2016) et Brûlent nos cœurs insoumis (2017) confirment la place essentielle de la musique dans leur démarche, en réunissant sur le plateau danseurs et musiciens, avec des compositions originales.

Des lieux

Ce parcours est devenu possible au fil du temps grâce au compagnonnage et à la fidélité de nombreux lieux, parmi lesquels des scènes conventionnées (Théâtre de La Madeleine de Troyes où ils ont été artistes associés pendant six ans), des Scènes nationales, des Centres Chorégraphiques Nationaux. Après leur résidence à l’Es­pace 1789 à Saint-Ouen, et au Théâtre de Rungis, ils sont artistes associés au Théâtre de Châtillon et au Centre des Bords de Marne du Perreux-sur-Marne.
L’ouverture. C’est ce qui caractérise le cheminement de la compagnie : des solos intimes qui s’ouvrent vers des pièces d’envergure, une écriture physique qui s’engage dans le croisement entre les arts, et des rencontres qui déterminent des compagnonnages dans l’ancrage territorial comme à l’international. Au fil des désirs, toujours renouvelés lorsqu’il s’agit de franchir les frontières, artistiques et géographiques..